Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 00:02

 

Le clapotis régulier des vagues berçait son être. L'extrémité seulement de ses pieds dépassaient du ponton improvisé et étaient plongés dans l'eau à peine froide, les poils de tout son corps c'étaient hérissaient, comme si ils étaient déjà conscient de ce qui allait leurs arriver. Sa combinaison noire avec ses bandes bleu sur les côtés le démangeait un peu, comme à l'habitude, ça faisait longtemps qu'il devait la jeter, trop petite à la base et elle était déjà bien veille, elle avait vécu, à quelque endroit on la voyait presque un peu délavée. Il était grand, mais pas simplement grand, il était élancé et semblait en bonne forme. La combinaison malgré sa petite taille longeait presque parfaitement son profil et s'arrêtait nette à la base de son cou, ou l'on pouvait déjà voir friser quelques uns de ses cheveux bruns-noirs encore un peu mouillés, ils montaient en tortillons le long de ses veines, comme pour les suivre, et prenaient leurs racine aux niveaux de ses tempes, ou ils semblaient légèrement blond. Son regard s'amusait à regarder les vagues qui lui paraissaient presque provocatrices, il avait des yeux bleu vert, étant jeune, on lui avait toujours dit qu'avec des yeux pareil, il pourrait avoir toutes les filles qu'il voulait. C'était d'ailleurs le cas, mais aucune ne l'avait jamais fait avancer. On distinguait à peine ses sourcils, et cela contrastait beaucoup avec ses cheveux. Au loin on entendait le bruit d'oiseaux, sûrement des mouettes ou des goélands qui cherchaient à se remplir un peu la pense en attrapant des petites sardines imprudentes, mais malgré le raffut qu'ils faisaient il semblait imperturbables, comme si même, il ne les entendait pas. L'eau qui restait sur son corps avait séché avec le vent et formait maintenant des milliers de petit cristaux cristaux de sels, l'envie de se lécher la peau le pris et il le fis sur le dos de sa main droite, il aimait bien le goût, il le connaissait très bien mais à chaque fois, c'était comme si il le découvrait à nouveau. Dans ses veines se trouvait un mélange de caféine et d'adrénaline, malgré cela, il semblait tranquille, ne se souciant de rien, il respirait calmement, le froid commençait à vouloir prendre son corps d'assaut, mais il ne tremblait pas, il était impassible, serein, comme si il savait pertinemment ce qui l'attendait, il regarda par dessus le ponton et il s'imaginait déjà y être, puis comme si c'était le moment, il prit une longue respiration, et se laissa glisser. L'eau ne lui paraissait pas froide, il s'enfoncer lentement dans cette étendu bleu, l'eau glissait contre son corps, suivait les contours de sa peau lui procurant une sensation agréable. Il coulait doucement, tout son corps s'arrêtait de vivre petit à petit, il descendit, la pression de l'eau s'exerçait sur tout son corps, il n'arrivait plus à retenir ses pensées. Cela faisait maintenant quatre minutes qu'il glissait dans l'eau, il ne voyait plus depuis longtemps la lumière en haut, il plongeait dans un noir total, profond. Il entendait des petits bruits, il se dit que peut être, au loin quelqu'un essayé de l'appeler, son corps entrait dans une sorte de syncope, petit à petit, il sentait que des bouts de lui le quittait, mais ça ne le gênait pas outre mesure. Son coeur avait arrêter de tourner au ralentis, il ne produisait qu'un léger battement de temps en temps, comme pour juste assurer un service minimum. Maintenant neuf minutes et il s'enfonçait toujours plus, il ne voyait plus rien, tout était noir, vide, aucun bruit. Il ne sentait plus son corps, ses pensées étaient inexistantes, il se laissait avaler par les abysses. Dix minutes, tout son corps était comme dans un broyeur, l'oxygène manquait à tout son corps, il allait tomber en syncope si il continuait. Il allait perdre connaissance, il le savait. Il prit sa lèvre supérieur entre ses dents, tant pis il se disait, et il se mordit jusqu'au sang, il sentit le goût du fer s'échapper, rentrer dans sa gorge.

Il se redressa, la sueur froide sur sa peau avait trempé son lit, il cracha le sang coagulé qui stagnait dans sa gorge et qui l'empêchait de respirer sur ses draps.

Les réveils sont parfois moins doux que les cauchemars qui les précèdent.

 

 

 

My_Love_Lies_In_the_Sea_by_Sino.jpg

 

 

 

Des grains de sables rougeâtres dévalaient la pente, comme s'il s'agissait d'une course, ils couraient en silence sur d'autre à peine plus clair qu'eux, en haut on pouvait voir une femme, elle était assise, comme si rien ne pouvait la déranger, ses long cheveux en frisottis virevoltaient, bercés par le vent doucement, comme si cela avait toujours eu lieu, et que rien n'aurait jamais effet sur eux. Le vent chaud et doux à la fois créait ici et là quelque petit tourbillon de poussière de sable qui produisaient une sorte de crissement très léger, mais pas plaintif, plutôt rassurant presque, cela venait rompre le silence de l'endroit. Elle portait sur sa peau qu'un léger voile blanc, comme s'il s'agissait d'un simple drap pris à la dérobé dans une échoppe avant de s'enfuir. Le soleil se couchait rapidement devant ses yeux, comme si lui aussi, avait passé sa journée à courir, et que maintenant, il ne rêvait qu'un peu de repos, voler quelques secondes à Morphée et venir se blottir contre une présence qui l'apaise, il baillât une dernière fois avant de s'enfuir derrière un petit amas de sable rougeoyant comme des braises qui s'éteignirent en un instant après sa disparition. Elle resta assise encore quelques instants, le fond de l'air s'était refroidit en une seconde et elle sentait sa peau apprécier cette douce fraîcheur. Elle passa lentement sa main à côté de sa jambe, elle sentait le sable qui coulait entre ses doigts de fée, mais pas cette sensation désagréable que tout nous file entre les mains, comme si il nous était impossible de retenir quoique ce soit, ce sentiment d'impuissance … Non, ce sentiment juste agréable de la sensation de quelque chose que l'on aime qui glisse contre notre peau. Elle se souvenait d'un homme qu'elle avait connu, cela paraissait tellement loin que parfois elle se demandait si elle ne l'avait pas rêvé. Ça n'avait pas duré longtemps, c'était vrai, mais elle se souvenait encore, il ne l'avait pas aimé pour son corps comme elle l'avait reproché à tout ceux qu'il l'avaient suivis, il aimait l'apprendre, il pouvait passer des heures à caresser sa peau, passer doucement sur son corps, comme si il voulait connaître tous ses secrets, du bout de ses doigts, lentement, il aimait juste, descendre lentement le long de ses veines, apprendre ou elle était chatouilleuse, apprendre chacun de ses grain de beauté, il aimait la connaître tout simplement, c'était son plus beau souvenir avec un homme, il la respectait, elle qui n'avait jamais aimé son corps, on lui avait dit étant jeune qu'elle pourrait plus tard, mener tous les hommes à la baguette grâce à lui, ce qui se révélât vrai, mais elle n'en voulait pas, elle voulait retourner, dans ce monde ou la tendresse était roi, ou elle se sentait bien, en paix, en sécurité, et ou elle était apaisé. Elle replongea lentement sa main dans le sable qui commençait à devenir un peu humide et froid, la sensation devenait un peu moins agréable, un léger frisson parcouru son corps, dans sa tête elle lui rappelait maintenant ces histoires perdues, ces souvenirs qui glacent le sang de par leurs maladresses, elle se demandait si elle avait fait le bon choix, ou non, comme souvent. Un courant d'air venait lui chatouiller les joues, et de nouveau elle le revoyait, elle sentait son souffle qui passait à travers de ses lèvres, mais pas comme si il lui volait quelque chose, non, comme si il l'humanisait en quelque sorte. Lui vint à l'esprit maintenant les souvenirs plus doux qui avaient un goût suave dans ses veines. Ces nuits ou elle était nue, lui laissant son corps, ou sur chaque parcelle de sa peau toujours laisser passer ses doigts, ils n'avaient pas forcément de se donner l'un à l'autre que pour s'appartenir, c'était ces moments de tendresse qui les faisaient vivre. Et toujours, comme chaque soir, elle s'endormait, blottit au creux de ses bras, sa tête contre son torse, bercée par le son mielleux de sa voix et ses caresses dans le bas de son dos pendant qu'il écrivait quelques lignes de plus dans le journal de leurs vie. Elle décida qu'il était temps de rentrer si elle ne voulait pas mourir de froid bientôt, elle se leva très lentement, des grains de sables qui étaient allés s'égarer dans ses cheveux retournèrent dans cet immense océan orangé. Elle descendit avec grâce de sa dune, sous la lumière de la lune, on aurait dit un ange, elle était tout simplement belle. Cela faisait maintenant trois années qu'il lui avait offert, ce souvenir venait lui donner un goût plutôt amer mais sucré à la fois entre ses lèvres, mais c'était son choix, il avait choisit de ne rien lui dire, il s'était simplement éteint, un soir, contre elle, un sourire sincère sur ses lèvres, l'air paisible. Il avait simplement écrit sur la dernière page de son journal en lettre douce et d'un noir sombre mais luisant « Ps : I love you ».

 

 

8e89719d34d678e5.jpg

 

 

08.06.2010


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Nuage Vert - dans Vie
commenter cet article

commentaires

Kiwi 23/06/2010 12:13



XDXD


effectivement c'est pas mal ... En vrai j'ai rien compris, pas tout lu ^^


te plains


ti lou

Kiwi 16/06/2010 18:33



She's in parties


- it's in the cab



Kiwi 09/06/2010 16:01



Non ...



Présentation

  • : Le blog de Nuage Vert
  • Le blog de Nuage Vert
  • : Ici sera entreposé pas mal de choses, mais qui sûrement pour vous, ne seront pas du tout intéressantes, enfin, si le cœur vous en dis, commentez si cela vous parait utile, sinon, je serais vous, je passerais mon chemin sans même m'arrêter, ce que je veux vous présenter, ce n'ai pas le monde, c'est encore moins le miens . " Je vous emmène dans un univers fragile, délicat, où les mots les plus quotidiens parviennent à traduire des sentiments violents et rares . "
  • Contact

Profil

  • Nuage Vert
  • Juste un petit topo de ma vie, juste ce que d'écrire j'ai envies, des questions sans réponses, des idées qui traînent et s'ennuient .
  • Juste un petit topo de ma vie, juste ce que d'écrire j'ai envies, des questions sans réponses, des idées qui traînent et s'ennuient .

Recherche