Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 03:50

J'ai un dégoût profond de vous les gens, j'ai du poison entre mes lèvres en y pensant, vous utiliser des mots, jamais les bons. Toujours vous vous dites, " Waaw comme c'est beau ", mais c'est des mots, rien que des mots, vous ne comprenez même pas le sens de certains, mais qu'importe, ils sont " beaux " . J'ai un mépris car incapable d'utiliser plus de cinq mots pour dire ce que vous pensez . C'est si difficile que ça ? Aligner cinq mots ...

" Comment tu vas alors toi ? "
" Ca va ça va, et toi ? "


Ca vous tuerez d'être honnête une fois avec vous même ?

" Non ça va pas super en se moment, y'a un peu tout qui se pète la gueule autour de moi, j'sais pas trop quoi faire mais j'veux pas t'embêter avec ça "

C'est déjà un peu mieux non ?
Mais on peut même faire encore un peu plus

" Non, moi ça va pas trop, j'sais pas, j'ai l'impression de passer à côté d'un truc énorme, et autour de moi, y'a comme tout ce que je pensais bien qui tombe en ruine, je sais pas, c'est un sentiment bizarre, j'perds ce que j'étais sur d'avoir ... Mais voilà, j'arrive pas à comprendre pourquoi, j'arrive pas à me dire que les gens changent au point de se cracher à la gueule dans la rue puis s'oublier, tu sais, ce sentiment bizarre qui fait que t'as mal au bide quand évoque certains noms ou choses dans une conversation, je sais pas, je comprends juste pas pourquoi, mais je trouve ça triste, j'ai connu tellement de gens qui se disaient heureux, qui s'étaient dit pour le meilleur et le pire, et que tout le monde autour les voyaient déjà marié, et la dis toi, je reviens de chez un de ceux là, il vient de rompre, il est triste, il sait pas comment tout est arrivé, c'est arrivé si vite, après temps de temps, tout s'est juste, littéralement pété la gueule, je comprends pas, j'ai ce petit goût amer dans la bouche qui me dit " Faut vraiment croire à l'amour après tout ça ? " j'ai le temps qui passe entre mes lèvres, et des pensées qui volent dans mon cerveaux, je sais pas, un air de mélancolie peut être, ou de nostalgie,mais non, ça va pas vraiment trop, mais voilà, on peut pas non plus y faire grand chose, si la vie est belle, on le verra bien assez vite, alors comme je pense qu'elle l'est, qu'elle me le prouve, même si elle l'a déjà bien fait, donc, d'un côté ça va, malgré pas mal de questions qui traîne comme tu vois . "

Et là, bizarrement, tu te sents un peu plus léger que si tu lui craches à la gueule que " si, si, surtout, ne t'inquiètes surtout pas "" Tout va bien dans le meilleur des monde " comme dirait Voltaire dans Candide .

J'veux que de temps en temps, vous suiviez ce que vous pensiez, c'est trop vous demander ça ?
Dire de temps en temps ce que vous pensiez, et arrêter de prétendre le contraire .
J'en ai marre des mots en l'air de ceux qu'on dit sans penser, des mots, c'est vrai, d'un côté c'est QUE des mots, mais y'a des mots ils blessent, d'autres qui apporte la joie, d'autre qui donne des ordres, j'vais pas revenir là dessus, mais arrêtez d'être contradictoire avec vous même, c'est vrai que le paradoxe est un super effet de style en littérature, mais personne ici est poète, ou alors, serait prétentieux celui qui l'affirme, quelqu'un dit bien " Celui qui se vante de ses mérites sait que personne ne le fera à sa place . ", j'en ai marre de ces prétentieux, j'en ai marre de ceux qui disent toujours : " je comprends " alors qu'en fait ils sont largués comme des poules à qui diraient de nager . Juste, vous avez l'air con, et surtout, c'est même pas flotter que vous faite, vous coulez comme une énorme pierre, une pierre tombale .
J'en ai marre de cette pseudo attention que vous éprouvez pour quelqu'un quand tout se casse la gueule dans sa vie pour x, y ou z raisons, vous êtes là tel des charognes, à lui faire cracher ses secrets, alors que le pauvre, ce qu'il veut en général, c'est un peu de paix, j'aime pas, vous êtes cons les gens .
J'en ai marre de voir comme ça, des gens qui défilent devant moi, la gueule bien enfoncé dans le cul, à la quête d'un bonheur utopique qui n'existe pas, mais ce qui est magique, c'est qu'ils sont heureux, ils ont quelque chose à faire, et quand on leur demande pourquoi ils font la gueule, ils ont là bonne excuse, ils recherchent le bonheur, c'est une raison super valable que pour tirer la gueule h24, logique .
J'en ai marre de tellement de chose que vous faites, et j'en attends tellement d'autres .
J'en ai marre de toutes ces choses que l'on peut se dire, j'en ai marre de ceux qui se cachent derrière des mots, un écran, un faux sourire, qu'est ce que ça vous importe ? Un satisfaction personnel à la limite, vous avez du pouvoir, un magnifique pouvoir, tel Cyrano de Bergerac, vous avez le pouvoir des mots ... Mais ceux ne sont pas les votres ( à l'inverse de Cyrano, que j'aime beaucoup d'ailleurs logique aussi ), incapable d'en aligner deux dans la réalité, mise à par pour de piteuses excuses, j'ai honte de vous, c'est vrai, c'est bien mignon de taper " super beau poème de la mort qui déchire trop sa race " dans un moteur de recherche, mais j'ai honte ... C'est vrai, on peut être nul, c'est vrai, on peut ne pas s'aimer, et ne pas aimer ce qu'on fait, mais assumez de temps en temps vos pensées . Pour moi, quelque chose qu'on écrit en pensant à vous aura toujours plus de valeur que des paroles qu'une personne à écrit pour une autre ( Mais qu'est ce que je dis comme conneries, aucun texte ne peut égaler du Théophile Gautier du Beaudelaire, ou même du Rimbeau ), mais voilà quoi ... Je veux dire, c'est bien beaux de trouver quelque chose de tout fait, qui a plus à des milliers de gens et donc par conséquences qui continuera de plaire, mais pourquoi ne pas prendre quelques minutes, fermer les yeux, y réfléchir voir son sourire, son visage, ses yeux, sa peau, rien de bien méchant, aller, quelques secondes de votre temps, et d'écrire, voilà, quelques mots, pas forcément un roman, j'vous en demande pas tant, mais juste quelques mots, apprenez que peu de mots bien choisit valent bien mieux que beaucoup pour ne rien dire .

Les gens, j'suis afligé par les conneries que vous dites, les sourire de travers qui cache un ame meurtris, les yeux qui pleurent sous un " non je vais bien t'inquiètes pas ", les gens, vous me faite honte .

Les gens, je vous aime .


20.12.2009






& Le rêve dans cinq jours ?

21.12.2009

Partager cet article

Repost 0
Published by Nuage Vert - dans Vie
commenter cet article

commentaires

Marie 21/12/2009 13:31


J'aime bien quand tu t'énerve !
C'est bizarre, cet article est super vrais mais en même temps il me dérange xD
Enfin me "dérange" ... bref
J'ai vraiment l'impression d'être comme tout ces gens qui ne disent que des mots futiles sans sens, ni valeur .
Mais il y a des gens doué pour écrire
et d'autre pour lire
xD

Je dit de la merde ...

En tout cas tu es un magicien !
Oui un magicien, tu manies les mots, tu jongles avec ...
Peu de gens savent le faire... comme tu l'as si bien remarqué !

Les gens sont trop pudique ... mais souviens toi a une époque tu répondais " ça va toujours" ... (Je déteste cette expression).

J'suis contente que tu arrive si bien a livré tes sentiments, mais tu sais.. que ce n'est pas chose facile.

Sur ce une petite histoire tiré du livre "petite philosophie du matin" (p 385)

Conte pour réchauffer l'hiver_ Les deux malades

Deux hommes, sérieusement malades, occupaient la même chambre d'hôpital. Tous deux devaient rester alités, mais l'un des deux avait l'autorisation de se redresser dans son lit, pendant une heure,
chaque après-midi, tandis que son compagnon d'infortune devait rester couché.
Le lit du premier homme étant situé juste à coté de la fenêtre, il profitait du laps de temps où il pouvait s'asseoir pour regarder au-dehors et décrire à son ami tout ce qui se passait à
l'extérieur.
La chambre donnait sur un parc avec un magnifique lac. Les canards et les cygnes jouaient sur l'eau, tandis que les enfants faisaient naviguer leurs bateaux miniatures. Les jeunes amoureux
marchaient bras dessus, bras dessous. Tout cela était beau et bucolique. Pendant une heure l'homme assis décrivait tout à son compagnon, avec force détails.
Ce moment embellissait la journée. Les deux hommes en profitaient pour se raconter leurs souvenirs, évoquer les enfants et leur famille... Pendant ce temps, tous deux oubliaient leur maladie,et
cela mettait un peu de douceur dans leur malheur.
Au fur et à mesure des semaines, ce rendez-vous de l'après -midi devint une forme de récompense qui égayait leur vie quotidienne. 
Quand a l'heure arrivait, la féerie narrative recommençait. L'homme décrivait les fleurs, les arbres, en essayant de deviner leur variété, mes enfants qui jouaient dans le bac à sable, la vue sur
la ville au loin... En écoutant ces détails, l'autre fermait les yeux de bonheur en imaginant ces scènes belles et pittoresques.
La vie s'écoulait ainsi. Mais un matin l'infirmière entra dans la chambre et découvrit que l'homme près de la fenêtre s'était éteint dans son sommeil.
Attristée, elle se fit aider pour enlever le corps, sous les yeux de son voisin, qui pleura la disparition de son ami.
Lorsqu'il sentit le moment propice, il demanda s'il pouvait être placé dans le lit à coté de la fenêtre. L'infirmière fut heureuse de lui faire ce plaisir et, après s'être assurée qu'il était
confortablement installé, le laissa seul.
Lentement, il se hissa sur un coude pour jeter un premier coup d'oeil à l'extérieur. Il aurait enfin la joie de voir par lui-même tout ce que son compagnon savait si bien lui décrire... mais tout
ce qu'il vit fut un mur !
Pourquoi son compagnon disparu lui avait-il décrit tant de merveilles alors qu'il n'y avait rien ? demanda t-il a l'infirmière.
"Sans doute pour vous donner du courage, répondit cette dernière en souriant, car vous ne le saviez peut-être pas, mais il était aveugle."
La morale de cette histoire est qu'il y a un bonheur immense à rendre les autres heureux, en dépit de ses propres soucis.
Et que si la peine partagée divise par deux la douleur, alors la joie partagée est double.

Bisous sur le bras .

 


Présentation

  • : Le blog de Nuage Vert
  • Le blog de Nuage Vert
  • : Ici sera entreposé pas mal de choses, mais qui sûrement pour vous, ne seront pas du tout intéressantes, enfin, si le cœur vous en dis, commentez si cela vous parait utile, sinon, je serais vous, je passerais mon chemin sans même m'arrêter, ce que je veux vous présenter, ce n'ai pas le monde, c'est encore moins le miens . " Je vous emmène dans un univers fragile, délicat, où les mots les plus quotidiens parviennent à traduire des sentiments violents et rares . "
  • Contact

Profil

  • Nuage Vert
  • Juste un petit topo de ma vie, juste ce que d'écrire j'ai envies, des questions sans réponses, des idées qui traînent et s'ennuient .
  • Juste un petit topo de ma vie, juste ce que d'écrire j'ai envies, des questions sans réponses, des idées qui traînent et s'ennuient .

Recherche